Master2 Comptabilité Contrôle Audit

IAE de Bordeaux – Pôle de gestion

 

"Communication financière et sociétale"

 

Cours de M. TREBUCQ

Maître de conférences – Université Montesquieu Bordeaux IV

Master2 Comptabilité Contrôle Audit

IAE de Bordeaux – Pôle de gestion

 

L'ensemble des termes apparaissant en bleu dans cette page correspondent à des liens hypertexte.

 

VOIR AUSSI LES INFORMATIONS SUR L’ESPACE DE TRAVAIL COLLABORATIF

Edu.u-bordeaux4.fr

 

SOMMAIRE DE CETTE PAGE

 

  1. Transparents du cours (Pôle de gestion) (année 2006)
  2. Modèle à suivre pour les travaux en équipe (Pôle de gestion) (année 2006)
  3. Téléchargement du logiciel Cmaptools (Pôle de gestion) (année 2006)
  4. Questions auxquelles il faut savoir répondre à l’oral immédiatement (Pôle de gestion) (année 2006)

 

ARCHIVES

  1. Plan du cours et références (année 2004)
  2. Auto-évaluation des connaissances
  3. Travail à rédiger individuellement (année 2004)
  4. Concours CJD – Evaluation de la performance globale (années 2005, 2006)

 

 

 

 

1. Transparents du cours (année 2006)

Revenir au sommaire de cette page

 

Transparents – Partie 1. Fichier pdf

Code d’accès au pdf à demander auprès du responsable des enseignements :  trebucq@u-bordeaux4.fr

 

2. Modèles à suivre pour les travaux individuels et en équipe

Revenir au sommaire de cette page

 

Modèle à télécharger. Fichier Powerpoint.

Récupérez le fichier ci-dessus avec un clic droit de souris, puis ‘enregistrer la cible sous’

Question à résoudre en équipe.

 

Modèle de diagramme en V. Fichier Word.

Récupérez le fichier ci-dessus avec un clic droit de souris, puis ‘enregistrer la cible sous’

 

Le diagramme en V est à effectuer individuellement. Il s’agit d’un exercice à effectuer absolument seul. Les cartes attendues ne doivent pas se ressembler, et doivent relever d’un exercice de réflexion personnelle.

 

Echéance : date limite de remise des travaux par email le 30 octobre 2006

 

-5 points sur la notation des travaux d’équipe et individuels en cas de retard.

 

Attention ! notez en sujet de l’email du fichier Powerpoint : 

CCA Groupe xx Powerpoint1

Exemple : CCA Groupe 08 Powerpoint1

Nom du fichier votre présentation powerpoint : ComfiQ_Groupe xx.doc

(xx étant votre numéro de groupe à deux chiffres)

 

 

 

Attention ! notez en sujet de l’email du fichier individuel au format Word : 

CCA Diagramme en V VOTRE NOM EN MAJUSCULE

Exemple : CCA Diagramme en V DURAND

Nom du fichier votre carte : Diagramme en V VOTRE NOM EN MAJUSCULE.doc

Exemple : Diagramme en V DURAND.doc

 

Email : trebucq@u-bordeaux4.fr

 

 

 

3. Téléchargement du logiciel Cmaptools - 2006

Revenir au sommaire de cette page

 

Télécharger le logiciel Cmaptools sur votre ordinateur.

Logiciel à utiliser après la séance n°2 (du 6 novembre 2006). Les cartes conceptuelles à construire répondront à deux questions :

- à quoi sert la comptabilité ?

- « la question que vous avez traitée en groupe »

 

4. Questions de connaissances à maîtriser - 2006

Revenir au sommaire de cette page

 

Ouvrage fondamental à acquérir et à travailler – l’épreuve finale nécessitera une connaissance approfondie de ces chapitres :

Deegan Craig & Unerman Jeffrey (2006), Financial Accounting Theory, European Edition, McGraw-Hill, ISBN-10 0-07-710896-5.

Ouvrage à acquérir, qui peut être commandé en ligne ou en librairie.

Chapitres à lire :

Communication financière et sociétale

·         Chapter 2 : The financial reporting environment pp.31-50.

·         Chapter 7 : Positive Accounting Theory pp. 205-253.

·         Chapter 8 : Unregulated corporate reporting decisions pp. 267-300.

·         Chapter 10 : Reactions of capital markets to financial reporting pp. 375-403.

Comptabilité internationale

·         Chapter 4 : International Accounting pp. 85-115.

·         Chapter 6 : Conceptual Framework Projects pp. 167-199.

 

Questions à préparer pour la séance du 6 novembre 2006

·         Qu’est-ce que le développement durable ?

·         Comment définit-on une partie prenante ?

·         En quoi les différents investisseurs et analystes financiers peuvent-ils être intéressés par les informations sociétales ?

·         Sur un plan juridique, un dirigeant d’entreprise peut-il faire pression sur son directeur comptable pour transformer certaines données comptables (exemples : montant des provisions constituées, durées d’amortissement, tests d’impairment) ?

 

 

ARCHIVES – documents utilisés au cours des années 2004-2005

 

5. Plan du cours et références :

Revenir au sommaire de cette page

 

 

Introduction

Notion d'empreinte écologique voir le site de l'ONG WWF

Gouvernance d'entreprise voir l'article de synthèse de G. Charreaux dans l'encyclopédie de GRH

Gouvernance et comptabilité voir l'article de G. Charreaux dans l'encyclopédie de comptabilité

Investissement éthique voir les données sur le site Novethic

Développement durable - Sustainable development voir l'historique

Performance sociétale voir le modèle de Carroll (1979)

Parties prenantes voir l'article de Freeman & Reed (1983)

 

Chapitre 1 - Les fondements théoriques de l'information comptable sociale et sociétale

Présentation des différentes théories de la gouvernance, et de l'utilité d'une information comptable élargie aux aspects sociétaux

voir l'article de synthèse de S. Trébucq

 

Chapitre 2 – Les cadres de communication proposés dans le domaine social et sociétal

La gouvernance en France voir la synthèse des rapports Viénot et Bouton du MEDEF

Cadre de la Global Reporting Initiative

version 2002 en anglais 

version 2002 en français

                                                version 2006 G3

Avantages d'une communication sociétale fondée sur le cadre GRI voir étude KPMG 2002

Plan Global Compact voir le site des Nations Unies

 

Chapitre 3 – Evolution vers un management de la valeur partenariale

Quelle efficacité économique des stratégies de développement durable ?

Quelle efficacité des actions philanthropiques de l'entreprise ? voir l'article de Porter (2002)

Vers des outils de management et de pilotage de la valeur partenariale voir la synthèse de Zingales et al. (2002)

Notation sociétale et investissement socialement responsable Voir les agences Vigéo / SAM / Innovest / KLD et les indices Aspi / FTSE4good / DJSI / Domini Social Index

Différences entre les ratings financiers et les ratings sociétaux Voir l'article de F. Quairel (2003)

 

Chapitre 4 – Les limites de l'information comptable sociale et sociétale

Information sociétale non auditée voir l'étude du cabinet Alpha concernant la première année d'application de la loi NRE

Logique financière des acteurs voir l'étude de S. Trébucq et N. Dahan (2003)

Limites des fonds dits "éthiques" voir l'article du Monde Diplomatique rédigé par C. Ovadia

Limites des outils de gestion voir l'article de S. Trébucq et C. Germain (2003) (cf. études de cas en fin de documents, avec les entreprises Pernod-Ricard/Rémy-Cointreau, Lafarge/Ciments français, L'Oréal/Clarins, BNP Paribas/Société Générale)

Idéologie dangereuse de la "Stakeholder Theory" voir l'article du Professeur M. Jensen (2001) intitulé "Value Maximization, Stakeholder Theory, and the Corporate Objective Function"

 

 

 

Bibliographie :

Capron M. (2000), "Comptabilité sociale et sociétale", article n°31, Encyclopédie de Comptabilité, Contrôle de Gestion et Audit, Economica, pp. 407-419.

Charreaux G. (1999) "La théorie positive de l'agence : lecture et relectures", Chapitre 2, in G. Koenig (éd), De nouvelles théorie pour gérer l'entreprise, Economica, Paris, pp. 61-141.

Charreaux G. (2000), "Gouvernement d'entreprise et comptabilité", article n°55, Encyclopédie de Comptabilité, Contrôle de Gestion et Audit, Economica, pp. 743-756.

Charreaux G., Desbrières Ph. (1998), "Gouvernance des entreprises : valeur partenariale contre valeur actionnariale", Finance-Contrôle-Stratégie, Economica, vol. 1, n°2, pp. 57-88.

Autres articles de G. Charreaux

Freeman R.E., Reed D.L. (1983) "Stockholders and Stakeholders : A New Perspective on Corporate Governance", California Management Review, vol. 25, n° 3, spring, pp. 88-106.

Pesqueux Y. (2000) Le gouvernement de l'entrepris comme idéologie, Ellipses, Paris.

Porter M., Kramer .R. (2002) The Competitive Advantage of Corporate Philanthropy, Harvard Business Review, December.

Wood D.A. (1991), “ Corporate Social Performance Revisited ”, Academy of Management Review, vol. 16, n°4, p. 691-718.

 

 

 

 

6. Auto-évaluation des connaissances :

Revenir au sommaire de cette page

 

 

1.        Quels sont les différents types de comptabilité sociétale ? (voir article de M. Capron)

2.       Est-il possible d'évaluer au sein des entreprises, en l'état actuel, ce que Charreaux et Desbrières qualifient de "valeur partenariale" ? (voir cours)

3.       Que faut-il entendre par la notion, et la mesure, de valeur partenariale ? (voir cours)

4.      Quelles sont les limites actuelles de la comptabilité financière classique ? (voir cours)

5.       Comment peut-on justifier l'intérêt de la publication d'informations quantitatives et qualitatives dans le domaine sociétal ? Le cadre proposé par les normes comptables internationales est-il compatible avec une telle démarche ? (voir cours)

6.       Quelles sont les relations pouvant exister entre les informations sociétales et les informations comptables et financières ?

7.       De quelle façon les performances sociale, environnementale et financière peuvent-elles interagir ? (voir cours)

8.       Quels sont les grands principes, et les principales prédictions, de la théorie de l'agence ? (voir cours et articles de G. Charreaux)

9.       En quoi la théorie de l'agence fournit-elle un cadre d'analyse incomplet ? (voir l'article de G. Charreaux de l'encyclopédie de comptabilité)

10.    Quels sont les neufs principes du plan Global Compact développé par les Nations Unies ? (voir cours et site internet)

11.     Indiquez les différentes approches ou méthodologies pouvant être retenues afin d'appréhender le niveau de la performance sociétale d'une entreprise cotée. (question de synthèse)

12.    Quelles sont les différences entre le cadre conceptuel établi par l'IASB pour la comptabilité financière et le GRI pour la comptabilité sociétale ? (travail de recherche nécessaire pour répondre à cette question)

13.    Quelles sont les différences de méthodologie entre les agences de notation sociétale SAM, Innovest, et Vigéo ? (consulter les sites internet des agences)

14.    Quelles sont les différences entre la notation sociétale pratiquée aux Etats-Unis par l'agence KLD et la méthode suivie par les agences françaises Vigéo ?

15.    Quelles sont les limites actuelles des outils de pilotage de la performance sociétale ? (voir cahier de recherche de Zingales, et article de Germain et Trébucq)

16.    Le terme de "fonds éthiques" est-il usurpé ? Ces fonds peuvent-ils représenter, en France, un levier de création de valeur boursière ? (voir article de C. Ovadia, et site internet de Novethic)

17.    Quelles sont les raisons qui ont pu inciter certaines entreprises françaises cotées à adhérer à l'ORSE, et à s'engager ainsi, à participer à une action collective dans le domaine sociétal ? (voir article de Dahan et Trébucq)

18.    Quels sont les différents moyens permettant d'accroître et d'assurer la fiabilité et la comparabilité des informations sociétales ? (question de synthèse)

19.    Vous devez conseiller une entreprise cotée dans sa stratégie de communication financière et sociétale. Prévoyez un programme d'action sur 3 ans. (question de synthèse)

20.   Les indices socialement responsables (ASPI, FTSE4GOOD, DJSI, ) arrivent-ils à sur-performer les indices de marché ? (voir les sites internet correspondant à ces indices)

 

7. Travail à rédiger individuellement (année 2004)

Revenir au sommaire de cette page

Objectif : Rédiger un projet d'article pour Les Echos sur le thème des  entreprises considérées comme socialement responsables.

 

Questions à résoudre :

Question principale : L'investissement socialement responsable est-il rentable ? Les entreprises sélectionnées dans les indices socialement responsables sont-elles plus performantes financièrement ?

 

Question secondaire : Quelles sont les entreprises françaises cotées qui sont unanimement reconnues comme socialement responsables ? Au vu de la composition des différents indices socialement responsables, peut-on considérer que les méthodologies mises en œuvre adoptent des critères de sélection très différents ?

 

Questions de recherche :

Les entreprises socialement responsables, retenues dans les indices ASPI, Ftse4Good ou Dow Jones Social Index,

-          disposent-elles d'un profil particulier en termes de taille et d'endettement par rapport à l'ensemble des autres sociétés cotées ? (question 1).

-          sont-elles plus performantes sur un plan financier, par rapport à des entreprises équivalentes, de même taille et de même secteur ? (question 2).

 

Echantillon retenu : entreprises françaises cotées, avec des données disponibles pour la période 1998-2002 (N=367).

 

Méthodologie : Tests non-paramétriques

Pour résoudre la question 1 : test de moyenne de Mann-Withney permettant une comparaison pour la variable étudiée (taille, endettement, ….) entre les sociétés codées 1 (appartenant à un indice socialement boursier particulier) et toutes les autres codées 0. Pour la mise en œuvre du test, voir les explications dans la notice de l'excel Addin AstroResearch, conçu par le Dr. Hervé Delboy, PH Médecine Interne - Rhumatologie, CH Rochefort.

 

Pour résoudre la question 2 : test de rang de Wilcoxon permettant une comparaison de séries appariées, le pairage des entreprises étant effectué en fonction des variables de taille (logarithme népérien du total actif) et de l'appartenance sectorielle (Financial Times Industry Class). Les indicateurs possibles de performance financière correspondent aux ratios "Return on Shareh. Funds", "Profit Margin", ou encore le Ratio de Marris (Capitalisation boursière / Fonds propres).

Des tests séparés doivent être effectués pour chaque année, de 1998 à 2002. Dans le cas du ratio de Marris, on peut éventuellement effectuer un calcul pour l'année 2003, en retenant en numérateur la capitalisation boursière fin 2003 et en dénominateur le montant des fonds propres connu de 2002.

Pour la mise en œuvre du test, voir les explications dans la notice de l'excel Addin AstroResearch, conçu par le Dr. Hervé Delboy, PH Médecine Interne - Rhumatologie, CH Rochefort.

 

L'Excel Addin 'AstroResearch', conçu par le Dr. Hervé Delboy, PH Médecine Interne - Rhumatologie, CH Rochefort, permet de réaliser les statistiques non-paramétriques. Il est téléchargeable sur le site suivant : http://perso.club-internet.fr/hdelboy/plan_stat.html

 

 

Guide de préparation des données, afin de traiter la question 2 :

Créer pour chaque indice étudié (Aspi, Ftse4Good,  DJSI) une feuille excel spécifique.

Copiez l'intégralité des données de la feuille France dans ces feuilles.

Utilisez ensuite la fonction de tri à partir du Menu Excel : Données > Trier AZ (ex. pour l'indice ASPI le tri sera effectué dans tout le tableau à partir des colonnes ASPI1 et ASPI2).

Supprimez les lignes des entreprises non étudiées.

Mettez le tableau en forme, afin de pouvoir le traiter à partir de la fonction Tableau dynamique (Menu Excel : Données > Rapport de Tableau Croisé Dynamique)

 

Grâce à l'Excel addin ('AstroResearch'), les tests de différence statistiques peuvent ensuite être réalisés, après avoir pris soin au préalable d'exclure les données manquantes.

 

 

Rapport à rédiger :

Première page : en haut à gauche : NOM Prénom, en haut à droite : DESS SCA Promotion 2003-2004, milieu de page "Dossier de recherche en comptabilité sociétale", en bas centré, "IAE de Bordeaux" (Caractères Times New Roman 12 points)

 

Plan :

 

I.                  Objectif poursuivi et explications de la méthodologie mise en œuvre

 

II.              Tableaux statistiques obtenus, tests statistiques, et commentaires

Voir un exemple de mise en œuvre des tests statistiques

 

III.           Note de synthèse

 

La troisième partie correspond à la rédaction d'une note de synthèse en moins de 1000 mots. La rédaction ne doit en aucun être réalisée en groupe, et doit bien correspondre à un effort de rédaction personnel. L'article rédigé devra comporter un titre général, et sera réalisé afin de pouvoir être publié dans un journal économique comme Les Echos.

 

Date limite de remise du rapport :  7 février 2004.

 

 

8. Concours CJD – Evaluation de la performance globale

Revenir au sommaire de cette page

 

Le guide d’autodiagnostic est conçu par le CJD afin d'aider les dirigeants à évaluer la performance de leur entreprise, en intégrant les finalités économiques, sociales et environnementales. La démarche s'opère en trois temps : entretien avec le dirigeant à partir d'une série de questions, élaboration d'un diagnostic , puis identification en accord avec le dirigeant des points d’amélioration, autour de thèmes comme la relation clients, la gestion des fournisseurs, les relations sociales et le développement du capital humain, l’insertion de l’entreprise dans l’environnement.

 

 

_________________FIN DE LA PAGE______________